L'Histoire de Saint Louis

La Résidence Saint Louis est née par la volonté de Monsieur Claude Morosolli Président Fondateur de l'Association sans but lucratif "Les Logis au Soleil".

Son caractère bien trempé et sa détermination ont décidé Madame Gras, infirmière à la retraite, qui était propriétaire du terrain, en Drôme Provençale, à Mollans sur Ouvèze à participer au projet. 

 

 La volonté du Président était de créer un centre d'hébergement pour retraités qui se démarquait sensiblement de ce qui se faisait à l'époque.

Il voulait un établissement ouvert sur l'extérieur pour personnes retraitées valides, mais surtout dynamiques.

Son idée, pour le moins originale en 1970, était de faire des échanges entre les générations et les environs, une constante dans la vie de la Résidence.

La direction de l'établissement a de tout temps maintenu cet état d'esprit avec les mollanais, l'équipe de la Mairie, la commune et le canton. 

Ainsi, à une certaine époque il y eu même une garderie pour enfants de maternelle dans l'établissement. Les résidents participaient à la distraction des enfants et à leur garde. C'est l'abondance règlementaire française qui a mis fin à cette expérience ; les exigeances sécuritaires légales devenant trop contraignantes.

 

Le club du troisième âge a été hébergé dans l'établissement de nombreuses années; tant que le nombre d'adhérents l'a permis.
Aux beaux jours, des repas champêtres sont organisés dans le jardin.
Celui du mois de juin, avec la participation de la Mairie attire tous les ans un grand nombre de mollanais. Méchoui, musique et tour de chant sont au programme avec de multiples distractions.

Les échanges sont donc restés étroits de tous temps avec la région.
C'est également pour marquer cette volonté que les transports en navette pour Vaison la Romaine et Buis les Baronnies ont toujours été gratuits... pour les résidents.

 

Le Président-fondateur a sans cesse manifesté une volonté farouche de maintenir en vie "sa" Résidence, et de résister aux vents contraires.

Ses successeurs ont gardé cet état d'esprit.

Les résidents, comme l'équipe du personnel, en profitent tout en apportant, chacun à leur manière, leur pierre à l'édifice.  

 

Depuis le premier Octobre 2013, le directeur, arrivé en 1979, crée une association entièrement nouvelle pour reprendre la gestion de la résidence.
Il a un ambitieux projet de rénovation du bâtiment et des idées nouvelles pour rendre toujours plus agréable la vie des résidents anciens (certains sont là depuis près de 25 ans !) comme des nouveaux.

 

Le premier projet a être mis en oeuvre est la construction d'une piscine chauffée et couverte 

 

 Claude MOROSOLLI le fondateur et, avec un peu plus tard, son fils Thierry,
ont assuré la pérénité de l'établissement jusqu'en Octobre 2013.

Le parc de la résidence porte d'ailleurs le nom du fondateur,
pour ne pas oublier l'initiateur d'un lieu de vie aussi agréable.

L'Histoire de Saint Louis ... la Grande Histoire.

Le Nom de la Résidence a été choisi par la propriétaire du terrain. Son défunt mari s'appelait Louis ! De plus, elle aimait bien Saint Louis.

Donc, nous allons plonger notre nez dans Wikipédia, pour savoir comment Saint Louis est devenu un des rois de France qui a le plus marqué notre Histoire.

Tous les écoliers savent ( ... enfin, devraient savoir !) que c'était le Roi qui rendait la justice sous un chêne.

 

Roi, diplomate, juriste

Quatrième fils né en 1214 du roi Louis VIII, Louis IX ne peut régner qu'en raison de la mort précoce de ses trois frères aînés dont Philippe né en 1209 et mort en 1218. Il n'a pas atteint la majorité lorsque survient le décès de son père en 1226.

Dans son testament, Louis VIII confie la régence à Blanche de Castille. Le pouvoir passe « entre les mains d’un enfant, d’une femme et d’un vieillard », Barthélemy de Royegrand chambrier à la cour depuis 20 ans (Chronique de Tours).

Le royaume entre dans une période d'agitation.

Sacre de Louis IX

Louis IX n'a que douze ans quand il est sacré roi le 29 novembre 1226 à Reims par l'évêque de SoissonsJacques de Bazoches. La régence est assurée par sa mère, Blanche de Castille, avec le titre de « baillistre ». En 1234, elle organise le mariage, qui aura lieu à Sens, de Louis IX avec Marguerite, la fille du comte Raimond Bérenger IV de Provenceespérant ainsi agréger le comté de Provence au royaume de France, puisque le comte de Provence a quatre filles. Blanche de Castille garda assez longtemps une grande influence sur le pouvoir, au-delà de la majorité du roi, réputé majeur4 le 25 avril 1235.

Louis IX prend effectivement le pouvoir à partir de 1241. 

Par le traité de Corbeil du 11 mai 1258, Louis IX abandonne sa suzeraineté sur la Catalogne, la Cerdagne et le Roussillon. En échange, Jacques Ier d'Aragon renonce à ses droits sur la Provence et le Languedoc. Pour sceller ce traité, Louis IX marie sa fille Blanche avec l'infant de Castille, Ferdinand de la Cerda, et Jacques Ier d'Aragon maria sa fille l'infante Isabelleavec le fils de Louis IX, le futur Philippe III.

Réputé pour sa piété, Louis IX se taille, grâce aux croisades, une réputation de roi diplomate et juriste dans toute l'Europe. Les royaumes font appel à sa sagesse dans les affaires complexes. Ainsi, il arbitre la succession du comté de Hainaut par le « Dit de Péronne » du 24 septembre 1256.

Louis IX ne ménagea pas sa peine dans les affaires intérieures, le temps qu'il ne passa pas en dehors du royaume. Il voulut laisser un royaume pacifié et soumis à un pouvoir juste. En conséquence, il dépêcha en 1247 des enquêteurs royaux pour l'instruire de l'état du pays à charge pour eux de réprimer directement dans les domaines de la justice, de l'administration, de la fiscalité et de l'armée. Il fit surveiller baillis et prévôts de manière à ce que les droits de chacun soient respectés, y compris par les officiers royaux.

Le chroniqueur Jean de Joinville, son principal biographe et l'un des principaux témoins lors de son procès de canonisation, rapporte dans sa Vie de saint Louis que Louis IX rendait la justice sous son chêne à Vincennes : « Il advint maintes fois qu’en été, il allait s’asseoir au bois de Vincennes après sa messe, s’adossait à un chêne et nous faisait asseoir autour de lui. Et tous ceux qui avaient un problème venaient lui parler sans en être empêchés par un huissier ou quelqu’un d’autre. »

Il édicta également une série de mesures de moralisation publique contre les mauvais sénéchaux et baillis. De plus, des mesures visant à réévaluer la monnaie entre 1263 et 1266 lui valurent une popularité certaine.

Il reprend également la « Quarantaine-le-roi6 », instituée par Philippe Auguste, une ordonnance qui préfigure les négociations diplomatiques avant les hostilités. L'ordonnance qu'il renouvelle en 1245 permet l'ouverture de négociations avant toute guerre privée, ordalie, duel judiciaire, jugement de Dieu et substitue à certaines coutumes médiévales des formes de justice plus modernes. Ainsi, les justiciables pouvaient dorénavant en appeler au roi dont les décisions judiciaires surpassaient celles de ses vassaux. Le roi Louis IX a de la sorte cassé de nombreuses sentences. Ce n'est que par la suite, dans une ordonnance en 1258, que Louis IX interdit définitivement le duel judiciaire, mais cette décision n'est pas appliquée par ses vassaux.